Les poêles à inertie

Le principe est de récupérer un maximum de la chaleur des fumées, dans une batterie thermique, qui va emmagasiner la chaleur du feu, pour la restituer pendant de nombreuses heures après la flambées. L’intérêt étant de garder la chaleur émise à l’intérieur de notre habitat et de ne plus évacuer des fumées qui peuvent encore nous chauffer.

Ils sont à utiliser avec une pratique bien particulière (section et quantité de bois à y insérer), qu’il est important de respecter pour avoir un fonctionnement correct du poêle (qualité de la combustion et encrassage du poêle).

On peut globalement classer les poêles de masse en trois catégories :

  • Les poêles de masse traditionnels

Un grand savoir-faire artisanal a évolué et perduré dans de nombreuses parties de l’Europe, où le bois est resté une énergie de chauffage très présente : Norvège, Suisse, Autriche, Suède, Finlande, Russie, Alsace pour la France, etc.

Ils peuvent représenter une excellente solution de chauffage selon l’habitat concerné, avec de grosses puissances de chauffe et une très bonne autonomie, pour un rendement qui peut atteindre les 95 %.

Il faut veiller à choisir un artisan compétent pour avoir un poêle qui fonctionne correctement et vous apporte entière satisfaction.

Ils peuvent être hybrides et intégrer des plaques de cuisson et/ou un four.

Leur complexité engendre des coûts important, de l’ordre de sept à vingt mille euros selon la taille et l’esthétisme souhaité de l’ouvrage.

  • Les poêles de masse industriels

Des poêles de masse sont également disponibles en kits qui sont installés rapidement par les entreprises qui les vendent et apporte le confort d’un poêle de masse.

  • Les poêles de masse Rocket

En France, on les entend aussi sous le nom de  »poêle ‘dragon »,  »poêle fusée » ou  »cuiseur à bois économe ». C’est l’application du principe Rocket pour la combustion avec un principe de stockage inertiel pour améliorer l’efficience du poêle pour un meilleur confort thermique.

Mis au point à la base par Ianto Evans à partir des années 70, ce dernier a écrit un manuel d’auto-construction dans les années 2000, qui a été traduit dans une première version en 2012 par Pascal Burnet.

Il sont accessibles en auto-construction (bien que certains détails clés ne soient pas très bien détaillés) pour une somme dérisoire; de l’ordre de mille euros pour des matériaux neuf, avec un grand potentiel pour utiliser des matériaux de récupération.

 

Des améliorations constantes ont continuées à enrichir la gamme des poêles de masse Rocket : FlexOven, Flexo+, Batch Box avec P-Channel et S-Portal…