Les « Rockets stoVes »

Historique

Le terme anglais « rocket stove » se traduit « poêle fusée » en Français, ces poêles ont été désignés ainsi à cause du bruit de tuyère de fusée caractéristique qu’ils émettent pendant leurs flambées. Nous choisissons de conserver le terme « Rocket », qui se retient bien et donnera de nombreux résultats sur n’importe quels moteurs de recherches. Ce terme désigne un principe de combustion, qui a été connu dans diverses civilisations antiques, qui a été oublié depuis et redécouvert à la fin du vingtième siècle.

Traditionnal greek cooker
Ancienne cuisinière datant de la Grèce antique

On doit la redécouverte de ce type de foyer à Larry Winiarsky & Ianto Evans qui ont passé plusieurs dizaines d’années à optimiser la combustion du bois afin d’améliorer les conditions de vie des camps de réfugiés, etc.

En France on dit aussi poêle dragon ou poêle fusée (surtout pour les poêles de masse) et Cuiseur à Bois Économe ou poêle Bolivien pour la cuisson, et peut-être encore d’autres noms que je ne connais sûrement pas…

Principe

Les « Rocket Stoves » ; littéralement « Poêles fusée », communément appelés « poêles Rocket »

Le foyer rocket est un réacteur à bois par tirage naturel ; une technique relativement simple pour obtenir une combustion de très bonne qualité.

Le principe de base est d’exploiter avec attention l’effet cheminée en respectant au mieux le triangle du feu. En gros, on fait un feu dans un tube, un feu de cheminée, qu’on appellera « cheminée interne ».

Après avoir pris vos précautions, essayez de place un tube (n’importe quel matériaux non-combustible) au raz des flammes d’un feu de camp. Vous entendrez immédiatement l’effet cheminée se déclencher, et vous constaterez que les fumées visibles disparaissent.

C’est dans ce tube que se passe la post-combustion (souvent appelée double combustion) : la combustion des gaz de bois qui ne sont pas brûlés dans le foyer.

Pour faire un poêle rocket, on fait exactement la même chose en optimisant certains paramètres :

  • On fait un petit feu pour contrôler sa taille et sa puissance
  • On fait attention aux entrées d’air, pour apporter de l’oxygène préchauffé au bon endroit
  • On isole le foyer pour y maintenir une température maximale
  • On positionne une cheminée à l’endroit où se développent les flammes, pour créer un tirage important et assurer l’approvisionnement d’oxygène

Aussi, pour favoriser une bonne post-combustion, on respecte la règle des 3 T :

Pour un bon mélange entre le combustible et l’oxygène, il faut créer un maximum de Turbulences, et laisser assez de Temps à une Température suffisante pour que la réaction se fasse.

  • La cheminée est également isolée pour obtenir une Température suffisante
  • On créer un maximum de Turbulences pour bien mélanger le combustible et l’oxygène
  • Il faut suffisamment de Temps

Les différents foyers rockets

  • Rocket en L

shema rocket L épuré

La forme de L implique qu’il faille constamment pousser le bois au fond du coude sous peine de voir le feu s’éteindre. On l’utilise plutôt pour les appareils de cuisson car cette solution offre un très bon contrôle de la température de cuisson.

Le bouton de réglage de ces boisinières a une forme de bout de bois, et il suffit de tirer ou pousser dessus pour régler la température de cuisson.

Les trois règles qu’il faut rigoureusement respect pour que tout foyer de rocket en L fonctionne bien sont :

  • toujours respecter la hauteur minimal H (cf: schéma) pour la cheminée interne
  • ne jamais descendre en dessous de la section de circulation des flux dans la cheminée interne (notamment la distance entre le haut de la cheminée interne et la casserole qui sera posée dessus.) Voici le calcul : Distance = Diamètre de cheminée internet / 4 )
  • avoir une étagère (non perforée) pour poser son bois, qui s’arrête comme indiqué sur le schéma
  • faire attention à la nourriture qu’on donne à notre baby dragon : plus c’est fendu fin, plus ça chauffe ! Et évidemment le plus sec possible…

Par extension, pour améliorer l’échange de chaleur avec la marmite l’idée est d’augmenter la surface d’échange avec la marmite, voici un schéma qui illustre le principe des cuiseurs à bois à haut rendement :

  • Rocket en J

schema rocket J épuré

Dans ce foyer, le bois descend par gravité pour alimenter le feu. Ceci nous apporte donc plus d’autonomie et on l’utilise communément pour faire des foyers de poêles de masse ou certains foyers d’appareils de cuisson qui sont moins exigeants sur les températures de cuisson (four, plancha, percolateur, etc).

 

  • Les Batch box Rocket (Les boites à fournées)

Le principe des rockets a inspiré un poêlier Lasse Holmes en Alaska à développer un poêle dont le fonctionnement se rapproche d’un poêle traditionnel, où l’on peut faire de grande charges de bois pour avoir plus d’autonomie dans l’utilisation. Ses travaux ont été repris par poêlier Hollandais, Peter van der Berg, qui a continué les recherches pour aboutir au Batch Box Rocket.

En plus du gain en autonomie vis à vis des foyers en J, ces poêles offrent la possibilité d’avoir une vision du feu, des puissances de chauffe plus importantes à diamètre de cheminée interne équivalent, et une combustion d’une qualité exceptionnelle.

Les recherches sont toujours en cours, et des améliorations apparaissent régulièrement dans la construction de ces foyers.

Rendez-vous dans la section « Ressources » où vous trouverez des liens vers les sites francophones de référence parlant avec plus de détails de ces foyers.